Le Dr Evan Atar Adaha, un médecin inspirant du Sud-Soudan a remporté la distinction Nansen 2018. La Fondation IKEA et des collaborateurs IKEA ont eu l’honneur d’assister le 1er octobre à la cérémonie qui a récompensé le Dr Atar. L’événement était organisé à Genève par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) avec le soutien de la Fondation IKEA.

Chaque année, la distinction Nansen met à l’honneur une personne ou organisation qui a fait preuve d’un dévouement exceptionnel pour aider les personnes déplacées de force.

Un engagement hors du commun

Le Dr Evan Atar Adaha est le directeur médical de l’hôpital de Bunj au Sud-Soudan. Il en est aussi le seul chirurgien. La distinction Nansen lui a été remise en reconnaissance de son engagement hors du commun. Depuis 20 ans, il fournit des services médicaux aux personnes forcées de fuir des zones de conflit.

L’hôpital de 120 lits, qui se situe à plus de 600 kilomètres de Juba, la capitale, est le seul établissement chirurgical opérationnel de la région. Le Dr Atar et son équipe travaillent dans des conditions difficiles et dangereuses. Les tensions latentes dégénèrent souvent en violences et le personnel médical compétent, les médicaments et les équipements manquent cruellement.

 

Le Dr Atar traite toutes les personnes qui ont besoin de soins, sans se soucier de leurs antécédents. Un engagement qui lui vaut le respect des réfugiés et de la population locale. Son travail montre qu’une seule personne peut faire la différence, même lorsque tout est contre elle.

 

Rencontre avec le lauréat de la distinction Nansen

Le matin suivant la cérémonie, les collaborateurs IKEA ont pris le petit-déjeuner avec le Dr Atar qui leur a personnellement parlé de son travail et de ses expériences. Ce fut pour eux une véritable source d’inspiration.

Radu Dumitraşcu, membre de l’équipe de la Fondation IKEA, raconte : « Nous avons tous été très touchés par les récits du Dr Atar sur son travail au Sud-Soudan. Nous avons éprouvé beaucoup d’humilité en présence du Dr Atar, et je pense que son travail et ce qu’il accomplit nous font remettre en perspective notre propre travail autour des réfugiés. Il y a tant de héros méconnus là-bas dont nous pouvons tous apprendre et tirer notre énergie. Voir le dévouement et l’engagement du Dr Atar nous a donné l’espoir qu’un avenir meilleur est possible pour les réfugiés et les personnes déplacées, et que chaque effort compte. »